INSTEX Iran/Europe: les Etats-Unis risquent une saisine du Conseil de sécurité

Londres, 13 février, IRNA - L'ancien ministre britannique des Affaires étrangères, Jack Straw, a averti que si les États-Unis sapaient le mécanisme INSTEX (Instrument d’appui aux échanges commerciaux Iran-Europe, ils risqueraient une saisine par trois grands pays membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU.

S'exprimant à l'occasion d'une interview accordée mercredi 13 février à l'IRNA, l'ex-chef de la diplomatie britannique, Jack Straw, a fustigé la décision des Etats-Unis de se retirer unilatéralement de l'accord nucléaire et la réimposition par ces derniers des sanctions contre l'Iran pour dire qu'un tel geste a fini par encourager les gouvernements européens à créer une entité pour continuer à commercer avec l'Iran sans dollar.

Interrogé sur les menaces de sanctions américaines contre ceux qui effectuent une commerce «licite» avec l'Iran dans le cadre du mécanisme financier européen, INSTEX, l'ancien haut diplomate a déclaré: « Il existe encore à la Maison Blanche des personnes sages opposées à une division entre les pays occidentaux.

Les ministres des Affaires étrangères des trois pays européens, à savoir l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni, ont annoncé le jeudi 31 janvier, que le canal de paiement spécial très attendu visant à protéger les relations commerciales avec Téhéran contre les sanctions américaines (INSTEX) a été finalisé et officiellement enregistré.

« C'est pour la première fois depuis ces dernières années que la troïka européenne a décidé, d'adopter une position différente à l'égard de la politique étrangère des États-Unis», a précisé M. Straw.

L'ancien chef de la diplomatie britannique a fait remarquer que le lancement du mécanisme faisait l'objet d'une grande pression des États-Unis.

Malgré les divergences politiques aux sein des parties britanniques, il a apprécié les efforts du gouvernement conservateur de la Première ministre, Teresa May, et ceux de la France, de l'Allemagne ainsi que de l'Union européenne.

«Je sais que les Iraniens s'impatientent face à la mise en place de ce mécanisme mais on a maintenant besoin de plus de temps pour le concrétiser. Je tiens à demander aux Iraniens de faire preuve de la patience», a déclaré M. Straw à l'IRNA.

Une fois concrétisé, le processus saura se développer progressivement au fur et à mesure et contourner l'ordre financier américain qui domine le monde, a-t-il espéré.


Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**