L'Iran déclare sa position dans le cadre de l'interaction globale

Téhéran, 12 juillet, IRNA - Les visites du président iranien Hassan Rohani dans différents pays témoignent du dynamisme de la République islamique et de ses efforts pour défendre les droits de la nation et du pays, a annoncé jeudi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

«L'Iran a des relations avec tous les pays», a déclaré Bahram Qasemi à l'agence de presse de la République islamique (IRNA) dans une interview.

Après la sortie illégale et contre-productive du président américain Donald Trump de l'accord nucléaire multilatéral de juillet 2015 officiellement connu sous le nom de Plan d'Action Global Commun, la République Islamique d'Iran, en particulier l'organe diplomatique et le Ministre des Affaires Etrangères Mohammad Javad Zarif, ont commencé de larges mouvements et tenu des contacts avec d'autres gouvernements afin de révéler la violation unilatérale des engagements de Washington, a dit Qasemi.

Trump a annoncé sa décision sur l'accord sur l'Iran le 8 mai et a retiré unilatéralement son pays de l'accord international. De nombreuses puissances mondiales, y compris la Russie, la Chine et l'Union européenne (UE) sont contre la décision de Trump.

Qasemi a ajouté qu'à cette fin, le ministre des Affaires étrangères a d'abord visité Pékin, Moscou et Bruxelles, où il a rencontré Federica Mogherini, haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, ainsi que ses homologues britannique, français et allemand.

Plus tard, le président iranien s'est rendu en Chine pour l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) le 10 mai et la visite a été une excellente occasion de négocier avec les présidents russe et du pays hôte sur les questions importantes, a indiqué M. Qasemi.

Dans ces larges efforts diplomatiques, le ministère iranien des Affaires étrangères a prévu d'envoyer le message du président Rohani à ses homologues de différentes régions afin de les informer des dernières positions iraniennes sur le Plan d'action global, a-t-il ajouté.

Pour déclarer la position de l'Iran, Massoumeh Ebtekar, vice-présidente pour les femmes et les affaires familiales, s'est rendu en Malaisie et en Indonésie, Laya Joneydi, vice-président aux affaires juridiques, et Reza Ardekanian, ministre de l'Energie, est parti pour le Venezuela, la Bolivie, l'Ouganda, la Tunisie, le Brésil, le Chili et certains pays arabes, a indiqué M. Qasemi.

Qasemi a ajouté qu'il restait d'autres pays dans lesquels les envoyés du président se rendraient dans les jours et les semaines à venir.

Interrogé sur le niveau des pourparlers avec les pays du monde, M. Qasemi a déclaré que le niveau des négociations est certainement différent parce que les pays basés sur leurs positions internationales et leur influence ont une priorité élevée ou faible pour l'Iran.

Comme il l'a dit, la Russie et la Chine en tant que membres du Conseil de sécurité de l'ONU et de l'Union européenne et l'Allemagne ainsi que certains pays voisins qui ont de bons liens économiques avec l'Iran sont sans aucun doute sur la liste des priorités de Téhéran.

Le responsable a en outre décrit les efforts déployés par certains médias occidentaux pour faire une mauvaise analyse des visites des envoyés iraniens et dire des mensonges à leur sujet comme «une grande erreur stratégique».

En ce qui concerne les relations spéciales de l'Iran avec certains Etats, dont la Russie, M. Qasemi a indiqué que Téhéran avait récemment coopéré avec Moscou, en tant que pays voisin et puissance régionale, pour lutter contre le terrorisme et apporter la sécurité régionale.

Dans la lignée de ces relations, Ali Akbar Velayati, conseiller principal du Guide suprême de la révolution islamique a rencontré le président russe Vladimir Poutine afin de présenter les messages du Guide supreme et du président iranien à Moscou, a indiqué Qasemi, soulignant qu'aujourd'hui la réunion de Velayati se concentrera également sur d'autres questions stratégiques importantes.

Parlant des objectifs diplomatiques des visites des envoyés, Qasemi a dit qu'ils ont eu lieu dans le prolongement de la politique de l'Iran sur une interaction plus poussée et meilleure avec le monde.

Toutes ces réunions et contacts visent à trouver les mêmes idées, à parvenir à une compréhension mutuelle et à échanger des points de vue sur les conditions actuelles, a souligné le diplomate en soulignant que de telles visites ne sont pas contre d'autres pays.

Au cours de ces réunions, les envoyés tentent d'élaborer sur les effets dangereux des décisions illégitimes, sans précédent et unilatérales prises par les États-Unis pour les autres, a déclaré Qasemi.

Se référant à la réunion de la commission mixte du PAGC tenue à Vienne au niveau des ministres il y a une semaine, M. Qasemi a déclaré que la réunion avait discuté des dernières questions concernant la coopération économique de l'Iran avec l'UE, la Chine et la Russie.

Il a ajouté que les discussions d'experts se poursuivent toujours.

A la fin de l'interview, Qasemi a exprimé l'espoir que la partie européenne présentera bientôt sa proposition raisonnable et pratique pour garantir la poursuite de la mise en œuvre du PAGC, la garantie qui satisfera l'Iran s'il est ferme.

Le président iranien, en réponse à la décision américaine de mai sur l'accord avec l'Iran, a ordonné au ministère des Affaires étrangères de consulter les pays européens, la Russie et la Chine sur la question.

«Si les intérêts nationaux de l'Iran sont garantis, nous resterons dans l'affaire», a déclaré le Président Rohani.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench