Zarif exhorte la communauté internationale à résister à l'intimidation américaine

Téhéran, 4 juin, IRNA- Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré que tous les membres de la communauté internationale avaient le devoir de faire face au comportement américain et à l'intimidation.

Dans des lettres adressées à ses homologues la semaine dernière, M. Zarif a appelé à la condamnation internationale des actes illégaux et unilatéraux des États-Unis, comme sa sortie du nucléaire iranien avec le G5 + 1 connu sous le nom de Plan d'action global commun (PAGC).

«Le retrait illégal du gouvernement américain du PAGC, en particulier les méthodes d'intimidation utilisées par ce gouvernement pour mettre les autres gouvernements en touche, discréditent la primauté du droit en contestant les principes de la Charte des Nations Unies et l'efficacité des organes internationaux».

Il a ajouté que le retrait des États-Unis du PAGC est le plus grand effort pour affaiblir l'accord nucléaire et la Résolution 2231 des Nations Unies, adoptée en juillet 2015 pour entériner l'accord historique.

M. Zarif a réitéré que la portée de l'accord, sa réglementation et son calendrier étaient le résultat de négociations multilatérales «précises, sensibles et équilibrées» et qu'il était impossible d'apporter des changements ou de tenir de nouvelles négociations à leur sujet.

Le président américain Donald Trump a annoncé le 8 mai que Washington s'éloignait de l'accord nucléaire conclu entre l'Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU - les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Russie et la Chine - plus l'Allemagne.

Trump a également déclaré qu'il rétablirait les sanctions nucléaires américaines contre l'Iran et imposerait «le plus haut niveau» d'interdictions économiques à Téhéran.

Dans le cadre du PAGC, l'Iran s'est engagé à limiter son programme nucléaire en échange de l'élimination des sanctions nucléaires imposées à Téhéran.

Le ministre des Affaires étrangères a déclaré que la conclusion du PAGC a mis fin à une «crise inutile» qui a duré plus d'une décennie.

«Le PAGC n'appartient pas seulement à ses signataires, de telle sorte que l'un d'entre eux puisse le rejeter de manière arbitraire et irresponsable sur la base de sa politique intérieure ou de ses divergences politiques avec une ancienne administration», a ajouté le haut diplomate iranien.

Il a souligné que, malgré les actes de sabotage et la mise en œuvre incomplète du PAGC, la République islamique a pleinement respecté ses obligations en vertu de l'accord.

Si l'accord nucléaire doit continuer, les autres parties et les autres partenaires commerciaux doivent donner des assurances à l'Iran qu'ils compenseront le retrait des États-Unis sans condition et par des mesures nationales, régionales et internationales, a-t-il dit.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench