Les demandes de Pompeo se sont contreproductives et autodestructrices

Téhéran, 24 mai, IRNA - Un ancien diplomate et chercheur à l'Université de Princeton dans un article publié sur le site Lobelog a déclaré que la liste des demandes de Mike Pompeo recycle simplement plusieurs des mêmes politiques et déclarations coercitives des administrations américaines passées.

Cette approche américaine s'est déjà révélée contre-productive et autodestructrice pour les intérêts américains et la stabilité régionale, a déclaré M. Mousavian dans son article intitulé «Les exigences de Pompeo sur l'Iran en désaccord avec la réalité».

Le texte intégral de l'article ci-dessous:

Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a dressé une liste de revendications sur l'Iran dans un discours menaçant «d'écraser» le pays lundi. Ses paroles belliqueuses surviennent plusieurs semaines après que le président Donald Trump ait sorti les États-Unis de l'accord nucléaire iranien et ne soit rien d'autre qu'un ultimatum exigeant que l'Iran se soumette totalement aux vœux des États-Unis.

«Les sanctions reviennent à leur plein effet, et de nouvelles sont à venir», a déclaré Pompeo, «Le régime iranien devrait savoir que ce n'est que le début».

Les douze revendications de Pompeo reflètent une mauvaise compréhension de la politique étrangère iranienne, du droit international et des réalités de la région.

** Les 12 demande:

Premièrement, Pompeo a soutenu que l'Iran devait «déclarer à l'AIEA un compte rendu complet des dimensions militaires antérieures de son programme nucléaire».

Cependant, dans le cadre de l'accord nucléaire, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a résolu la question des «dimensions militaires possibles» du programme nucléaire iranien après des années d'enquête, notamment des visites de sites militaires. En décembre 2015, l'agence a publié son 'évaluation finale sur les questions en suspens passées et présentes concernant le programme nucléaire iranien».

Deuxièmement, Pompeo a appelé l'Iran à «arrêter l'enrichissement d'uranium et à ne jamais poursuivre le retraitement du plutonium», y compris la fermeture de son réacteur à eau lourde. Cette demande est en contradiction directe avec le Traité de Non-Prolifération nucléair c'est concernant le cycle du combustible nucléaire à des fins civiles, y compris l'enrichissement.

En tant que membre du TNP, l'Iran a mis au point un programme d'enrichissement de l'uranium, à l'instar d'autres États comme le Brésil, l'Argentine et le Japon. Le programme d'enrichissement de l'Iran a également été reconnu par la résolution 2231 de l'ONU, qui a approuvé le PAGC.

Troisièmement, Pompeo a déclaré que «l'Iran doit également fournir à l'AIEA un accès sans restriction à tous les sites du pays». Avec le PAGC, l'Iran a déjà accepté les normes les plus élevées en matière de transparence nucléaire dans l'histoire de la non-prolifération. Cela comprend l'acceptation de l'accord de garanties, du protocole additionnel et de l'arrangement subsidiaire 3.1.

Quatrièmement, Pompeo a déclaré que l'Iran «doit mettre fin à sa prolifération de missiles balistiques et arrêter la poursuite du développement de missiles nucléaires».

Comme l'ont expliqué des experts du contrôle des armements dans des organisations comme l'Institut international d'études stratégiques, aucun des missiles modernes de l'Iran n'est conçu pour être «nucléaire». Le programme de missiles de l'Iran est victime des missiles irakiens la guerre Iran-Irak, quand l'Iran n'avait pas les moyens de dissuader l'Irak.

En effet, aucune nation dans l'histoire récente n'a été victime des attaques de missiles aussi complètement que l'Iran. De plus, les missiles balistiques sont un armement conventionnel que l'Iran a un besoin stratégique de développer, en particulier pour équilibrer la menace posée par les missiles nucléaires israéliens et les missiles Dong Feng-3 à longue portée de l'Arabie Saoudite.

Cinquièmement, Pompeo a appelé l'Iran à «libérer tous les citoyens américains ... détenus sur de fausses accusations ou portés disparus en Iran». À cet égard, Pompeo devrait respecter le fait que l'Iran est un pays souverain, tout comme les États-Unis. Sa demande est tout aussi illégitime que si l'Iran demandait aux Etats-Unis de libérer tous les prisonniers iraniens détenus dans les prisons américaines.

Sixièmement, Pompeo a déclaré que l'Iran «doit cesser de soutenir les groupes terroristes du Moyen-Orient, y compris le Hezbollah libanais, le Hamas et le Jihad islamique palestinien», même si ces organisations représentent des groupes importants avec des griefs légitimes.

Dans le cas du Hamas et du Hezbollah, ils ont tous deux participé aux élections et gagné des élections, les plus récentes ayant été les plus récentes dans les élections législatives au Liban.

Bien sûr, Trump lui-même a récemment plaisanté que les alliés régionaux américains comme les Emirats arabes unis, l'Arabie saoudite et le Qatar financent le terrorisme, ajoutant que «nous l'arrêtons». En juin 2017, l'ancien Premier ministre qatari a reconnu avec les États-Unis et d'autres pays de la région, ont fait des «erreurs» en «soutenant les mêmes groupes» en Syrie, parmi lesquels se trouvaient des «extrémistes».

Septièmement, Pompeo a déclaré que «l'Iran doit respecter la souveraineté du gouvernement irakien et permettre le désarmement, la démobilisation et la réintégration des milices chiites».

Cette demande est ironique étant donné que les Etats-Unis ont actuellement des milliers de soldats en Irak, et qu'une coalition dirigée par Hadi al-Ameri, un commandant de milice populaire, est arrivée en deuxième position lors des élections législatives irakiennes. De hauts responsables irakiens ont reconnu que sans le soutien iranien, l'État islamique «se tiendrait aux portes de Bagdad».

En se positionnant contre les Unités de Mobilisation Populaires (PMU), non monolithiquement chiites et créées suite à une fatwa du grand ayatollah irakien Ali Sistani après que l'EI a envahi de grandes parties du pays en 2014, Pompeo a aligné les Etats-Unis contre le peuple irakien , pas l'Iran.

Huitièmement, Pompeo a affirmé que l'Iran devait «mettre fin à son soutien militaire à la milice Houthi et œuvrer en faveur d'un règlement politique pacifique au Yémen».

Depuis le début de l'assaut de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite contre le Yémen en 2015, qui selon les Nations Unies a créé la «pire crise humanitaire au monde», l'Iran a appelé à une solution politique au conflit. En avril 2015, le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a publié un plan en quatre points qui définissait un règlement négocié du conflit.

Neuvième, Pompeo a déclaré que «l'Iran doit retirer toutes les forces sous commandement iranien de la Syrie». Les forces iraniennes, tout comme les forces russes, sont en Syrie à l'invitation du gouvernement syrien légal pour combattre les groupes rebelles armés. Seul le gouvernement syrien peut demander leur retrait. D'un autre côté, les forces américaines sont illégalement en Syrie en vertu du droit international, et la demande de Pompeo enfreint le droit de la Syrie de combattre les groupes terroristes et de défendre sa souveraineté.

Dixièmement, Pompeo a déclaré que «l'Iran doit cesser de soutenir les talibans et autres terroristes en Afghanistan et dans la région, et cesser d'héberger Al-Qaïda». Accuser l'Iran de soutenir des groupes tels que les talibans et al-Qaïda est sans fondement. Ils ont activement combattu les groupes ardemment anti-iraniens, qui ont été pendant des années les principaux mandataires pour les alliés américains, tels que l'Arabie Saoudite en Afghanistan. Les deux étaient aussi un affrontement direct des forces soutenues par les États-Unis en Afghanistan dans les années 1980, que l'ancienne secrétaire d'État Hillary Clinton a reconnu en 2011: «Les gens que nous combattons aujourd'hui, nous les avons financés il y a 20 ans».

Onzième, Pompeo a déclaré que l'Iran «doit mettre fin au soutien des terroristes du CGRI et des partenaires militants». Le mandat de la Force Qods est le même que le Commandement central américain (CENTCOM) dans la région. La différence est que l'Iran est dans la région et a des intérêts de sécurité nationale de base pour protéger ses frontières et son intégrité territoriale, alors que le CENTCOM opère à des milliers de kilomètres des frontières américaines.

Douzième, Pompeo a déclaré que l'Iran doit «cesser son comportement menaçant contre ses voisins». Il a laissé tomber un peu d'histoire, comme comment l'Irak de Saddam Hussein, un pays arabe, a envahi l'Iran en 1980 et a reçu le plein soutien du États et la plupart des États arabes, y compris l'Arabie saoudite.

Le conflit a coûté des centaines de milliers de morts et de blessés iraniens. La réalité est que les États-Unis ont attaqué l'Irak, l'Afghanistan et la Libye, semant l'instabilité et la tourmente dans la région.

**Ce que Pompeo veut vraiment

La liste de demandes de Pompeo recycle simplement plusieurs des mêmes politiques et déclarations coercitives faites par les administrations américaines passées. Cette approche américaine s'est déjà avérée contre-productive et contraire aux intérêts des États-Unis et à la stabilité régionale.

Malgré le faux appel à la diplomatie de Pompeo, son discours s'est traduit par une déclaration officielle d'une politique de changement de régime contre l'Iran. Ses demandes insoutenables éliminent les perspectives de la diplomatie américano-iranienne et placent les deux pays dans une spirale dangereuse d'escalade qui pourrait conduire à une guerre catastrophique.

Ce dont le monde a besoin, c'est d'une véritable diplomatie. La crise nucléaire iranienne étant la seule crise régionale résolue par la diplomatie, ce modèle doit être utilisé pour résoudre diplomatiquement d'autres crises régionales.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench