Une nouvelle escalade dangereuse entre les Etats-Unis et l'Iran

Téhéran, 11 mai, IRNA - L'ancien négociateur en chef nucléaire iranien et professeur à l'Université de Princeton, Hossein Mousavian, a passé en revue les nouvelles tensions entre l'Iran et les Etats-Unis après le retrait unilatéral de Trump du PAGC.

Le texte intégral de l'article de Mousavian paru initialement dans le Bulletin des scientifiques atomiques suit:

Le fait que Trump ait renié le Plan d'Action Global Commun (PAGC) porte un coup sévère à la non-prolifération en général parce que l'accord représente les normes les plus élevées de transparence et de vérification nucléaires jamais négociées.

Dans son discours belligérant annonçant la décision, Trump s'est référé à la présentation théâtrale du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu la semaine dernière, qui visait à soulever des questions sur la conformité iranienne avec le PAGC. Ce que Trump n'a pas mentionné, c'est que la conformité iranienne a été vérifiée dans 11 rapports méticuleux de l'AIEA depuis l'entrée en vigueur de l'accord en janvier 2016 ainsi que par le secrétaire général des Nations Unies. L'action de Trump a non seulement miné les organismes internationaux responsables qui traitent de la non-prolifération, mais aussi les plus proches alliés de l'Amérique, qui l'ont fortement incité à rester dans l'accord.

Le retrait de Trump du PAGC élimine toute chance de construire sur l'accord et de régionaliser ses principes. Un tel effort, conjugué à de nouvelles idées sur la coopération régionale dans le domaine nucléaire, aurait été un pas important vers la réalisation d'une zone exempte d'armes nucléaires au Moyen-Orient.

Trump a également éliminé les perspectives d'un engagement diplomatique constructif entre les États-Unis et l'Iran dans un avenir prévisible sur d'autres questions liées aux armes de destruction massive et sur les conflits régionaux. Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, avait montré le potentiel d'une plus grande coopération avec les États-Unis si le PAGC était pleinement et correctement mis en œuvre. Quelques mois après que l'accord ait été conclu, en novembre 2015, l'Iran a été invité pour la première fois au processus de Genève pour les pourparlers de paix en Syrie, peu de temps après la première cessation des hostilités au conflit. Maintenant, l'hostilité ouverte de Trump mine grandement les efforts pour trouver des solutions politiques aux nombreux conflits urgents de la région.

En essayant d'annuler le PAGC, Trump discrédite la notion d'engagement diplomatique américano-iranien et radicalise les politiques iraniennes. En effet, Trump a officiellement déclaré une politique de changement de régime vis-à-vis de l'Iran, comme son discours l'a clairement indiqué, se plaçant sur une voie de confrontation totale contre l'Iran. Une nouvelle escalade dangereuse entre les États-Unis et l'Iran va maintenant s'ensuivre, et elle aura le potentiel réel d'aboutir à une guerre dévastatrice qui fera pâlir les coûts de la guerre en Irak.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench