L'Iran exhorte le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à abandonner les enjeux de la politisation

Téhéran, 13 mars, IRNA- Le secrétaire iranien du siège du Département des droits de l'homme a appelé lundi le Conseil des droits de l'homme des Nations unies à se libérer du mal de la politisation et des actions à double standard.

S'exprimant lors de la 37ème session du Conseil des droits de l'Homme lundi, Mohammad Javad Larijani a déclaré avoir regretté le décès d'Asma Jahangir, ancienne rapporteuse spéciale des Nations Unies pour les droits de l'homme en Iran.

En tant que poste principal, nous considérons que la désignation d'un titulaire de mandat pour l'Iran est basée sur des normes à double standard et comme une action mal intentionnée et politiquement motivée, orchestrée par quelques membres du Conseil, a-t-il déclaré.

«Cependant, en respectant la recommandation de certains autres membres du Conseil, nous avons fait de notre mieux pour établir un dialogue constructif avec eux, le dernier en septembre dernier à Genève, où la défunte Mme Jahangir a rencontré une importante délégation judiciaire iranienne.»

Ailleurs dans son discours, il a ajouté que l'Iran était un pays avec une grande nation et une longue histoire de civilisation prodigieuse, qui a offert au patrimoine mondial une contribution affirmative innombrable.

Tout au long de l'histoire, l'identité iranienne, enthousiasmée par les nobles enseignements de l'Islam, s'est exprimée avec justice et respect de la dignité humaine, a-t-il fait remarquer.

Il a poursuivi en disant que dans cet espace culturel, la Révolution islamique de 1979 s'ensuivait dans le but principal d'établir un régime démocratique et un ordre social et civil basé sur la rationalité islamique.

«L'Iran, en tant que membre et partie aux principaux instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme, tout en défendant la promotion des principes consacrés dans sa constitution et en garantissant le respect des engagements internationaux pertinents, a adopté une véritable approche de longue durée pour sauvegarder et promouvoir les droits de l'homme dans le domaine national et international.»

Il a également mentionnée quelques réalisations très récentes en matière de droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels en Iran:

-Le peuple iranien a une fois de plus librement choisi la voie quadriennale de l'avenir du pays en mai 2017, en participant à une élection présidentielle libre et démocratique.

- L'amendement à la «loi contre les stupéfiants», adopté par le Parlement en juillet 2017, reconnu comme un «progrès significatif» par le secrétaire général des Nations unies et haut commissaire aux droits de l'homme, à la suite duquel le recours à la peine de mort sera limitée à des infractions graves liées à la drogue et pourrait toucher de manière dramatique des centaines de détenus dans le couloir de la mort.

- L'application de la Charte des droits du citoyen a été une autre réalisation nationale exceptionnelle dans le domaine des droits de l'homme. Le Président a ordonné à toutes les branches du gouvernement de mettre en œuvre la Charte et de faire rapport sur la mise en œuvre et les progrès réalisés.

- L'adoption du projet de loi pour la protection des enfants et des jeunes dans la Commission judiciaire et juridique du Parlement.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**