Zarif:

L'Europe doit faire pression sur les Etats-Unis pour qu'ils restent attachés au PAGC

Téhéran, 5 mars, IRNA- Le ministre iranien des Affaires étrangères lors d'un entretien avec son homologue français a déclaré que l'Europe ne devrait pas permettre aux Etats-Unis de faire avancer leurs demandes illogiques et illégales à l'égard de l'accord sur le nucléaire iranien.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et son homologue français Jean-Yves Le Drian ont tenu des entretiens à Téhéran sur des questions bilatérales et régionales.

Au cours des pourparlers de lundi, les deux parties ont échangé sur un large éventail de sujets, des relations bilatérales d'intérêt mutuel à l'accord nucléaire iranien, les efforts des Etats-Unis pour entraver la mise en œuvre de l'accord et les questions régionales.

Le ministre iranien des Affaires étrangères a salué la position de principe de la France et des autres partis européens envers le PAGC, tout en critiquant certains responsables européens pour leurs remarques et comportements à l'égard de l'accord nucléaire et en faveur des Etats-Unis.

«Comme un accord multilatéral qui s'est concrétisé grâce aux efforts conjoints de plusieurs parties, y compris les Etats européens, le PAGC a été sujet à des astuces illogiques et politiquement motivées des Etats-Unis», a-t-il dit.

Zarif a noté que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a confirmé dans dix rapports l'engagement de l'Iran au PAGC, ajoutant que l'Europe pouvait jouer un rôle plus constructif dans la préservation de cette réussite internationale.

L'Europe devrait remplir complètement ses engagements dans le cadre de l'accord et, en même temps, faire pression sur les Etats-Unis pour qu'ils restent attachés à cet accord. Elle ne devrait pas permettre aux Etats-Unis de faire avancer leurs demandes illogiques et illégales en même temps que la violation de l'accord et les efforts pour entraver sa mise en œuvre, a-t-il dit.

Il a déclaré que la préservation de la réussite diplomatique internationale est également importante pour toutes les parties impliquées et que des services de presse supplémentaires ne sont pas suffisants.

«Si la communauté internationale doit satisfaire un seul côté de l'accord pour y rester, c'est l'Iran qui devrait se satisfaire non pas des Etats-Unis parce que ces derniers ont non seulement entravé la mise en œuvre de l'accord mais a également fait pression sur l'UE pour qu'elle ne remplisse pas ses engagements », a-t-il déclaré.

De son côté, le ministre français des Affaires étrangères a réitéré la décision de son pays de respecter, préserver et mettre en œuvre du PAGC.

«La France croit fermement que le PAGC doit être mis en œuvre», a souligné Le Drian.

«À cet effet, nous avons adopté plusieurs mesures générales, notamment l'investissement dans l'industrie automobile iranienne et les projets énergétiques. Nous avons également ouvert une ligne de crédit spéciale pour la coopération commerciale avec l'Iran et l'investissement dans des projets conjoints », a-t-il déclaré.

Le ministre français des Affaires étrangères a également évoqué la volonté de la France de maintenir ses relations profondes et amicales avec l'Iran en ajoutant que l'Europe en particulier la France, s'est engagée à la mise en œuvre du PAGC malgré la pression américaine.

«Nous avons déjà adopté des mesures appropriées dans les relations bancaires et l'investissement des entreprises françaises en Iran a énormément augmenté suite à l'accord nucléaire», a-t-il déclaré, ajoutant que les garanties d'exportation et les lignes de crédit sont parmi les principaux signes des investissements réalisés jusqu'à présent».

Au cours des entretiens, les ministres des Affaires étrangères de l'Iran et de la France ont également procédé à un échange de vues sur les développements régionaux, en particulier sur la Syrie et le Yémen.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**