Trump prolonge la suspension des sanctions contre le nucléaire iranien

Téhéran, 12 janvier, IRNA- Le président américain qui a déjà prolongé deux fois la suspension des sanctions liées à l'accord nucléaire iranien a décidé une fois de plus vendredi de maintenir la suspension.

La Maison Blanche a annoncé vendredi que le président américain Donald Trump a approuvé pour la dernière fois l'allégement des sanctions iraniennes et si les amendements prévus par lui concernant la clause «Sunset» ainsi que l'intensification de la surveillance et l'ajout de la question des missiles iraniens à l'accord nucléaire de 2015 ne sont pas inclus, il quittera l'accord.

Parallèlement à la décision de Trump, le Département du Trésor des États-Unis a ajouté 14 autres individus et instituts iraniens à la liste des sanctions prévues en les accusant de la violation des droits de l'homme et d'implication dans le programme de missiles.

Donald Trump a pris cette décision dans une circonstance où l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), en tant que superviseur unique de la performance de l'Iran, a confirmé à 9 reprises l'engagement de l'Iran à l'accord.

Selon l'accord signé en 2015 à Vienne par l'Iran et les grandes puissances (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), l'Iran a accepté de limiter ses activités nucléaires en échange de la levée des sanctions.

Malgré les allocutions de Trump, plusieurs membres de son administration avaient affirmé la conformité de l'Iran à l'accord et certains députés et experts américains avaient exhorté Trump à rester engagé à l'accord international.

Donald Trump avait refusé de certifier l'accord sur le nucléaire iranien le 13 octobre dernier. Cette «non-certification» a envoyé la balle dans le camp du Congrès qui avait 60 jours, pour réimposer ou pas les sanctions économiques levées en échange des restrictions au programme nucléaire iranien. Le Congrès n’a pas réimposé les sanctions contre l’Iran comme il en avait la possibilité après la décision de Trump, donc de nouveau c'était à Donald Trump de se prononcer ce vendredi sur le sort de l'accord.

Le journal américain Politico avait lundi annoncé que Trump, malgré son insatisfaction, prolongerait la suspension des sanctions à l'encontre de l'Iran, point de vue qui avait été également déclaré par des spécialistes américains dans les affaires du Moyen-Orient.

En outre, un groupe de diplomates a envoyé une lettre au président Trump l’exhortant à recertifier l’accord nucléaire iranien.

L'AEIA a affirmé le 13 novembre dans son rapport trimestre et pour la 9ème fois, que l'Iran respectait bien tous des engagements à l'égard de l'accord.

Alors que Washington multiplie ses attaques contre le programme balistique de l'Iran et l'accusant de violer l'esprit du PAGC, l'UE a maintes fois souligné que les questions régionales et balistiques ne concernaient pas le PAGC et a appelé toutes les parties à rester engagées à l'accord multilatéral.

Cela a suscitée la réaction de nombreux hauts diplomates; à savoir; Catherine Ray, porte-parole de la chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini a mardi réaffirmé la position claire de l'UE en faveur du soutien et de la mise en œuvre de l'accord sur le nucléaire iranien.

La Haute Représentante de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité dans un rapport en 2017 a assuré que l'UE poursuivra également les efforts pour la mise en vigueur du PAGC en 2018.

Le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique(OIEA) a déclaré lundi au directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Yukiya Amano, que si les Etats-Unis ne respectaient pas leurs engagements dans le cadre de l'accord nucléaire iranien, l'Iran adopterait des mesures susceptibles d'influencer la coopération iranienne.

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères a récemment averti que les Etats-Unis ont essayé de détruire le PAGC l'année dernière et peut être de le détruire dans les prochains jours; le monde devrait être prêt pour le retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire.

Parallèlement, la chaîne américaine CNN a rapporté il y a quelques mois sur les coopérations secrètes entre le ministre de la diplomatie américaine et les membres du Congrès visant à détourner l'objectif de l'accord de 2015 qui se concentre sur le dossier du nucléaire iranien.

Cette décision permettra à Trump de, rester à la fois dans le cadre de l'accord, et de faire pression sur Téhéran par d'autres manières.

Selon CNN citant Rex Tillerson, le problème n'est pas l'accord sur le nucléaire iranien mais il est que Trump doit renouveler la certification de l'accord tous les 90 jours.

Egalement d'après Associated Press (AP) citant un responsable américain la certification périodique de la conformité de l'Iran à l'accord nucléaire est tellement détestée par Trump que les conseillers de la sécurité nationale américaine cherchent un moyen pour exempter Trump de le répéter tout en préservant l'accord international.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**