Le président iranien réagit au discours «irréaliste et offensif» de Trump

Téhéran, le 14 octobre, IRNA - Dans un discours télévisé, le président Hassan Ronani, a dénoncé vendredi soir, les déclarations du président américain Donald Trump contre «la nation iranienne», en les jugeant «irréalistes, offensives et vides de sens».

Le président iranien a condamné des propos dans lesquels « il n'y avait d'autres mots qu'une série de fausses accusations et d'insultes contre la nation iranienne».

Rohani a aussi reproché au président Trump son manque de connaissance historique, géographique et juridique tout en rappelant les événements importants des relations irano-américaines comme le coup d'état de 1953 de la CIA contre le gouvernement de Mosadegh, les tentatives pour saboter le mouvement révolutionnaire en Iran, les soutiens des États-Unis aux régimes des dictatures du Shah et Saddam au long de sa guerre contre l'Iran et même lorsque le régime a utilisé des armes chimiques dans le bombardement contre des villes d'Halabja et de Sardasht.

En se référant au fait que Trump a refusé d’utiliser le nom exact de « golfe Persique» dans son discours, le président iranien a regretté qu'il n'ait pas encore appris le nom universel et historique de golfe Persique où les navires de guerre américains se déplacent fréquemment.

Concernant l'accord sur le nucléaire, signé en 2015 entre l'Iran et les memebres du Groupe 5+1, Rohani a déclaré que ce n'était pas un accord bilatéral irano-américain mais un document international qui ne peut être annuler unilatéralement.

Selon lui, l'Iran et le corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) est déterminé à lutter contre le terrorisme dont le président américain parlait dans sa campagne électorale en dénonçant le rôle de l'administration de son pays dans sa création.

«Le CGRI a depuis toujours protégé le peuple iranien, ainsi que le peuple irakien, syrien, yéménite ou tout autre peuple de la région contre le terrorisme que les Etats-Unis ont financés et soutenu», a-t-il déclaré.

Le Président Rohani a réitéré que les missiles iraniens ne cherchaient que des fins défensives et que son pays est prêt à renforcer ses capacités de défense.
Il a déclaré que l'Iran continue à coopérer avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) en insistant sur la fidélité de l’Iran envers le PAGC, tant que cet accord assurera les intérêts du pays.

Plus tôt, lors d’un entretien téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron, le président iranien Hassan Rohani avait déclaré que l'accord sur le nucléaire n'était pas renégociable.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9053**