Le chef du CNO condamne le génocide des musulmans au en Birmanie

Téhéran, le 12 septembre, IRNA – Le Comité national olympique de la République islamique d'Iran (CNP)par la voix de Kiumars Hashemi dans une lettre au Président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach a dénoncé le génocide des musulmans par les extrémistes bouddhistes en Birmanie.

Dans sa lettre publiée lundi, Hashemi a invité le CIO en tant que membre important de l'ONU à condamner et à arrêter le massacre musulman.

«Nous observons des massacres catastrophiques de musulmans en Birmanie. Beaucoup d'hommes et de femmes sont tués ', a-t-il déclaré.

Les fonctionnaires birmans et la communauté internationale sont restés silencieux, a t-il ajouté.

Avant la crise des réfugiés Rohingya de 2015 et la répression militaire en 2016 et 2017, la population Rohingya en Birmanie était d'environ 1,1 à 1,3 million.Ils résident principalement dans les cantons du nord de Rakhine.

De nombreux Rohingyas ont fui vers les États voisins. Plus de 100 000 Rohingyas en Birmanie vivent dans des camps de personnes déplacées à l'intérieur du pays, qui ne sont pas autorisés à partir par les.

«La CIRH appelle les Nations Unies à intervenir de manière urgente pour faire pression sur le régime birman afin qu'il puisse s'acquitter de ses obligations internationales en matière de droits de l'homme et mettre fin à sa persécution contre les Rohingya», a ajouté le groupe des droits de Londres.

Les sondages des Nations Unies ont révélé l'incitation croissante à la haine et à l'intolérance religieuse contre les Rohingyas alors que les forces de sécurité birmanes mènent des «exécutions sommaires, des enlèvements, des arrestations arbitraires, des détentions, des tortures, des mauvais traitements et du travail forcé» contre la communauté .

Les organisations internationales des médias et des droits de l'homme ont souvent décrit les Rohingyas comme l'une des minorités les plus persécutées au monde.

Selon les Nations Unies, les violations des droits de l'homme contre les Rohingyas pourraient être qualifiées de «crimes contre l'humanité».

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench