Envoyé à l'ONU : L'Iran défend les Afghans en période difficile

New York, le 12 septembre, IRNA - L'Iran a défendu l'Afghanistan au cours des 16 dernières années ainsi que dans les moments difficiles entre 1996 et 2001, a déclaré l'envoyé afghan à l'ONU Mahmoud Seyqal.

Dans un entretien avec l'IRNA, Seyqal a ajouté: «Nous demandons à la communauté internationale de prendre note des plans et des activités de l'Iran en Afghanistan et d'accepter que l'Iran ait fait beaucoup de choses positives là-bas.

Parlant du massacre de musulmans en Birmanie, il a déclaré: 'Les Afghans sont vraiment inquiets et ont envoyé de nombreux messages au gouvernement'.

Seyqal a déclaré que le gouvernement afghan a dénoncé les meurtres et a souhaité que les Nations Unies et les organisations humanitaires fassent des enquêtes afin de connaître les faits le plus tôt possible.

Répondant aux questions concernant le terrorisme, il a déclaré que le développement est sérieusement entrelacé avec la stabilité et la sécurité de l'Afghanistan et pour améliorer la situation, les racines du terrorisme devraient être ciblées et l'Afghanistan s'attend à ce que l'Iran lutte contre les racines aux côtés des Afghans.

«Le terrorisme n'est pas une innovation afghane», a déclaré Seyqal, ajoutant que les Talibans, Daesh, al-Qaïda, etc. sont tous d'origine étrangère; Ils sont tous formés hors d’Afghanistan et soutenus de l'extérieur.

Seyqal a également confirmé que la pauvreté et le chômage jouent un rôle pour certains Afghans ignorants qui entrent dans des groupes terroristes, mais il a réitéré: «Le principal problème est la personne qui organise les plans pour déstabiliser l'Afghanistan».

Il a également déclaré: «Nous pensons que le combat mondial contre le terrorisme n'a pas encore pris forme».

Commentant le trafic de drogues, il a déclaré: «La mère de tous les problèmes en Afghanistan est le manque de sécurité.L'autre problème est la relation entre le terrorisme et les stupéfiants.

Le terrorisme a besoin d'argent; Par exemple, les Talibans prennent le contrôle d'une zone, ouvre une usine de narcotiques, organisent les récoltes, puis évacue la zone, a t-il dit.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9053**