Chef de l'Organisation de l'énergie atomique:

Les États-Unis tentent de décourager les grandes banques de travailler avec l'Iran

Berlin, le 10 septembre, IRNA - Les États-Unis tentent d'empoisonner l'environnement des affaires et de décourager les grandes banques et les entreprises de travailler avec l'Iran, a déclaré le vice-président iranien.

«Les États-Unis sont craintifs. Mais en réalité, ils ne peuvent pas accomplir beaucoup. Oui, il y a beaucoup de rhétorique. Si les États-Unis transforment ces mots en action réelle, nous devrons faire face à une situation très différente », a déclaré Ali Akbar Salehi, chef de l'Organisation de l'énergie atomique iranienne, lors d'un entretien exclusif avec le magazine allemand Der Spiegel publié vendredi.

«Nous évaluons en permanence si cet accord nous est favorable ou si le prix est trop élevé pour rester dans l'affaire. Si les États-Unis sortent de l'accord, mais le reste des pays reste engagé, à savoir la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, la Chine et la Russie, alors l'Iran serat très probablement conforme aux engagements pris sans les États-Unis mais si les États-Unis quittent le traité et l'Europe suit, alors cet accord va certainement s'effondrer et l'Iran reviendra sur ce qu'il était avant et, techniquement, à un niveau beaucoup plus élevé. En tant que personne qui a participé à ces négociations, je n'aimerais pas que cela se produise », a t-il souligné.

Salehi a ajouté: «Si les États-Unis refusent de renoncer aux sanctions liées aux activités nucléaires de l'Iran, ce serait un non-respect important de leur part.

« Si l'accord nucléaire est violé, économiquement, nous devrions faire face à des difficultés, mais politiquement, nous gagnerions. Nous dirions à nos jeunes de me plus croire de telles promesses, nous avons essayé une fois et nous avons montré une certaine souplesse pour parvenir à un accord nucléaire. L'Agence internationale de l'énergie atomique a reconnu notre pleine conformité avec ce traité, mais les Américains ont rompu l'affaire. N'oubliez pas, l'isolement qui nous a été imposé nous a également rassemblés en tant que Nation et nous a forcé à nous tenir debout. En outre, dans le domaine de la réussite scientifique, nous l'avons fait au sommet de la liste. Je pense que nos partenaires dans ce traité ont plus à perdre que nous », a déclaré le négociateur nucléaire supérieur iranien.

Il a ajouté: «Si l'accord nucléaire s'effondre, il n'y aura aucune chance de régler le problème nucléaire de la Corée du Nord. Pyongyang dirait, eh bien, ils ont brisé l'accord nucléaire avec Téhéran, comment pouvons-nous leur faire confiance? Cela compromettrait également l'intégrité du Traité sur la non-prolifération nucléaire. Il y aura un tsunami d'outrages venant de tous les pays intéressés à développer une technologie nucléaire pacifique ».

En réponse à une question concernant les tests de missiles iraniens, Salehi a déclaré: «Si les États-Unis considèrent que c'est un problème, c'est leur problème. Nulle part dans l'accord nucléaire, dit-il, l'Iran n'a pas le droit de développer sa capacité balistique. Nous exerçons nos droits et c'est l'autre côté qui essaie d'interpréter cela comme un acte provocateur. Chaque jour, depuis 38 ans, nous avons supportés les États-Unis ou d'autres pays qui émettent différentes accusations contre l'Iran. Un jour, nous ne sommes pas «assez démocratiques», le lendemain, il s'agit de «droits de l'homme» ou de «fausses élections» «Il y a des pays dans la région qui n'ont pas d'élections, ni des droits fondamentaux pour leurs citoyens, où, par exemple, les femmes ne peuvent même pas conduire. Mais parce qu'ils sont dans l'orbite politique de l'Occident, en particulier aux États-Unis, ils sont tranquilles », a-t-il déclaré.

9053**